Publié : 12 février 2012

Collège en blanc.


Depuis 3 jours, bitûme, herbe et toiture du collège sont cachés sous un manteau de neige d’une dizaine de centimètres d’épaisseur.
Et ...si ces conditions perturbent le bon fonctionnement de l’établissement, il faut reconnaître que c’est beau un collège enneigé et comme aujourd’hui, ensoleillé.

Et c’est surtout bien plus silencieux....
L’ambiance est feutrée, ponctuée de "madame, monsieur, nous ne sommes que 4 élèves, on fait cours ?" ou "Monsieur untel a proposé que l’on fasse EPS avec telle classe sinon, on n’a pas une équipe complète".
Tel enseignant se retrouve seul devant sa classe, dans un couloir désert.
Parfois c’est un élève qui est le seul rescapé d’une classe...et qui s’en va rejoindre un autre groupe, accueilli par une section légèrement plus fournie.
Finalement, tout tourne un peu au ralenti.

Mais quand on y regarde de près, il se passe des tas de choses intéressantes pour ceux qui ont pu se rendre sur les lieux et y rester.

J’y ai vu des élèves faire des progrès spectaculaires aux agrès, pouvant aller de l’un à l’autre comme bon leur semblait ; j’y ai vu de nouveaux groupes "classe" se constituer en langues et des grands timides prendre la parole ; j’y ai vu des 3° aller à la chasse aux phasmes après avoir traqué l’ADN au microscope ; j’y ai vu des jeunes aller accrocher des boules de graisse pour les oiseaux ; j’y ai vu un professeur de sciences (chut !) faire la roue ; et un professeur d’EPS plongé dans un livre de cinema ; j’y ai aussi vu des petits groupes d’élèves comprendre une notion mathématiques complexe et j’ai entendu de grands rires dans la cour lorsque les jeunes se sont bagarrés ...aux boules de neige !

Bon, c’est sûr ! J’y ai aussi vu des professeurs dépités d’avoir pris des risques sur la route pour ne pas faire le cours prévu ; un principal inquiet de voir un nouveau jour sans transport scolaire, des parents étonnés que leur enfant soit le seul de sa classe.
Mais de cette situation embarrassante et peu courante, retenons le meilleur. Les élèves présents n’ont pas perdu leur temps mais l’ont maîtrisé différemment .
Un proverbe japonais à méditer : "La neige ne brise jamais la branche du saule".

Post-scriptum

Article rédigé mardi 7 février.